Rignat

Rignat (Ain) le 23 janvier 2020 à 8h55

Rignat – Canon EOS 7D Mark II – EF100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM – 1/1600 – f/5.6 – ISO 800

Nuage iridescent

Le 23 janvier 2020, un joli nuage iridescent au-dessus du Revermont.

Nuage iridescent – Canon 7D mark II – EF70-200mm f/4L IS USM – f/18.0 – 1/800 – ISO 400

Un nuage iridescent ou irisé est un nuage peu épais dont l’écartement des gouttes ou de cristaux de glace provoque, par diffraction, une irisation de la lumière, donnant un aspect coloré au nuage1, rappelant les caractéristiques d’un arc-en-ciel. Ce sont les cirrostratus, cirrocumulus ou altocumulus qui exhibent le plus souvent ces taches ou bords brillants, généralement rouges, verts ou roses, observés jusqu’à une distance d’environ 30 degrés de la direction du Soleil ou de la Lune.

Le nuage doit être optiquement très mince de telle façon que la lumière ne rencontre qu’une seule gouttelette ou cristal d’épaisseur. Lorsque les gouttes ou cristaux sont de dimensions similaires sur une grande étendue, l’irisation forme une couronne avec le Soleil ou la Lune au centre.

Ce phénomène est le plus souvent observable en altitude.

(source Wikipédia)

Arrêt de l’astrophotographie

Ça y est, c’est officiel, j’arrête la pratique de l’astrophotographie 😒, c’est peut-être temporaire ou définitif, je ne sais pas encore. En tout cas, pour le moment je n’ai plus envie de photographier les objets du ciel profond.

C’est venu petit à petit, une érosion, pourquoi ? Des raisons multiples. La météo, une lassitude du répétitif, des heures à capturer l’invisible, pour avoir une image plus ou moins bonne en fonction de plein de paramètres et après d’interminables heures de traitement des images. Peut-être j’y reviendrais un jour, mais pour le moment je n’ai plus envie.

Je continuerai à pratiquer l’astronomie visuelle avec mon Dobson entre autres, ainsi qu’a photographier le ciel avec un APN sur un trépied et en très grand champ, et j’ai toujours ma lunette TS 80/560 et une EQ6 Pro.

J’ai donc commencé à vendre du matériel, la CCD, la roue à filtres et les filtres, le AAG Cloudwatcher, la caméra d’autoguidage.  J’ai aussi mis en vente ma lunette, la William Optics FLT110 et la monture, l’AP900 GTO CP3.

Pour l’avenir du site ? Je vais continuer à l’alimenter avec des photos, des photos de nature, oiseaux, fleurs, etc., mon autre passion, la photo simplement, du coup, je me demande si je dois rebaptiser mon site en photons de jour par exemple 😉

Zoom dans la nébuleuse de la Rosette – NGC 2237

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas publié une photo du ciel profond encore moins en SHO ou palette « Hubble ». Il s’agit de prendre plusieurs poses au travers différents filtres pour obtenir une image finale avec de fausses couleurs. Filtres SII en 8nm (nm pour nanomètre, longueur de la bande passante)  pour isoler le souffre, attribué au canal rouge, hAlpha en 7nm pour isoler l’hydrogène attribué au canal vert et un filtre OIII en 8.5nm pour le canal bleu. Il y a 10 poses de HA, 7 pour l’OII et 9 pour le SII, soit 520 minutes sur plusieurs nuits entre le 6 et le 27 février 2019. Avec ma lunette William Optics de 110mm 715mm de focale, et ma caméra CCD Atik 314L+ refroidie à -10°. Filtres SHO de la marque Baader. Traitement avec Pixinsight et Photoshop.

Nébuleuse de la Rosette

La nébuleuse de la Rosette, aussi connue comme Caldwell 49, est une vaste région HII située à quelque 4700 années-lumière3 du système solaire en direction de la constellation de la Licorne. Elle a été découverte par l’astronome américain Lewis Swift en 1865.

La taille angulaire de la Rosette est de 130’ × 110’ et, à la distance estimée de cette nébuleuse en émission, elle s’étend sur 130 années-lumière dans sa plus grande dimension. Ces chiffres s’appliquent à l’ensemble de la nébuleuse et non à NGC 2237 qui n’en est qu’une partie.


Filtres Baader

Vol AF7673

Vol AF7673 de Marseille à Paris-Charles-de-Gaulle. Airbus A320-214 – F-HBNI à 34 000 pieds. Distance de l’avion : environ 30 km. Lune âgée de 19,9 jours. Canon 7D MII et zoom Sigma 100-400 à 400mm à f/6.3 et 1/1250s 400 ISO

La Lune et l’Airbus A320-214, vol AF767